• Le Château



Le premier seigneur connu de Saffré fut Hamelin de Saffré, inhumé à l’abbaye de la Meilleraye (courant XIIè siècle). A quelques centaines de mètres du château actuel se trouvait alors une motte féodale.
Cette motte fut remplacée par un château fort entouré de douves et muni d’un pont-levis. Première moitié du XVè siècle : Jehanne de Saffré épouse Jean II de Tournemine. Les Tournemine (Gilles, fils de Jean et Jehanne, fut le premier de leurs héritiers) occuperont les terres de Saffré plus d’un siècle. Le domaine comprend alors le château avec ses dépendances (300 journaux de terres), la forêt de Saffré (2000 journaux), les bois de la Botinière (200 journaux), du Gros Breil (100 journaux) et des Jarriers (400 journaux), le moulin de Saffré…

En 1542, la châtellenie est cédée aux d’Avaugour ; cette famille comptera de nombreux seigneurs de Saffré jusqu’à la fin du XVIIè siècle. Dans un aveu de 1679, le château est décrit ainsi : le château de Saffré avec ses tours, cernoyé de ses douves et pont-levis, avec les bastiments en dehors, fuie, estang, bois, vignes, prés…

Au début du XVIIIè siècle, les de Crux s’installèrent à leur tour au château suite à un mariage ; ils se le transmettront durant environ un demi-siècle. Leur succédèrent les O’Riordan, et Jacques-Edme Cottin (Secrétaire du Roi, Député), qui épousa leur fille en 1775, fut le dernier « seigneur » du lieu.

A partir de 1824, Hubert Le Loup de Beaulieu, nouveau propriétaire du domaine, fait effectuer de nombreuses modifications, architecturales et paysagères. Il cède la forêt de Saffré, fait creuser un nouveau lit à l’Isac et détruire tout ce qui pouvait donner l’aspect d’une forteresse (douves, pont-levis, vers 1840). Le château de Saffré devient à cette époque une habitation « moderne ».

A la moitié du XIXè siècle, le château (désormais propriété des Bretault-Billou) consistait en un grand corps de bâtiment à un seul étage, avec deux pavillons l’un à l’est, l’autre à l’ouest. Malgré leur aspect massif, ces deux pavillons donnaient à l’ensemble une certaine élévation, sinon une certaine élégance. La façade aspectant au sud s’ouvrait sur une vaste cour au milieu de laquelle apparaissait le puits du château, lequel passait pour avoir cinquante pieds de profondeur. La façade du côté nord formait une surface plane dont les trente fenêtres ou ouvertures qui y étaient ménagées n’arrivaient pas à rompre la monotonie. (Alcide Leroux, avocat, écrivain, historien, né à Saffré)

Alexis Ricordeau (Maire de 1902 à 1931) acheta le château en 1895. Il fit abattre l’aile ouest (suite à un incendie ?) et réaménagea le bâtiment selon les goûts de l’époque. Son fils Maurice en fut le dernier habitant, avant l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale.

La commune de Saffré est devenue propriétaire des terres et du château en 1990. Le festival le Champ du rock a vu s’y succéder de nombreux artistes réputés durant dix éditions, jusqu’en 2000. Aujourd’hui c’est un lieu toujours très fréquenté, notamment par les associations. L’une d’entre elles, Saffré Joli, y a remis en état un ancien potager pour en faire un jardin « hors des communs ». La nouvelle bibliothèque intercommunale ainsi qu’un espace dédié aux pratiques culturelles et populaires y seront implantés en 2016 afin de donner enfin une nouvelle vie à ce bâtiment.



Mairie de Saffré - Cour du Séquoia 44390 SAFFRÉ
tél : 02.40.77.23.18. - fax : 02.40.77.28.34.
mairie@saffre.fr
Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et le samedi de 9h00 à 12h00

Mentions légales - Site fonctionnant sous Spip